Développement durable | MonHabitationNeuve.com

Nouveaux projets domiciliaires
Vers des formes plus durables d'habitat


Ève-Marie Surprenant, Arch. (OAQ), M. Urb.

Face aux préoccupations actuelles à l’égard du développement durable, plusieurs municipalités orientent les nouveaux projets domiciliaires de façon à allier accessibilité et durabilité. Une réalité qui vient modifier les notions de prix d’achat et de coût du transport, et qui influe sur le choix du lieu de résidence.

Ces nouveaux projets, imaginés autrement que nos quartiers traditionnels de maisons isolées, obligent à étudier le coût d’achat en tenant compte du transport actif et collectif, de l’accès à une offre variée de services et de la qualité des espaces aménagés pour les piétons. La conception de ces milieux de vie offre de nouvelles possibilités susceptibles de favoriser la réduction de l’espace voué à l’automobile et l’adoption d’habitudes de vie plus saines émettant moins de gaz à effet de serre. De forme bâtie plus compacte, ces environnements sont pensés de façon à faciliter les déplacements à pied, à vélo et en transport en commun, permettant de faire l’économie d’une voiture ou encore de la laisser plus souvent à la maison.

Les POD, les TOD, etc.
Qu’ils soient aménagés selon les principes d’un POD (Pedestrian Oriented Development) ou d’un TOD (Transit Oriented Development), ou qu’ils se réclament d’une certification verte, notamment la certification LEED (Leadership in Energy and Environmental Design), la plus populaire sur le marché immobilier en Amérique du Nord, les nouveaux projets domiciliaires contribuent à l’émergence d’ensembles résidentiels plus durables.

La conception de ces quartiers de type POD et TOD s’effectue en tenant compte des déplacements quotidiens des gens. Dans un POD, on cherche à créer un environnement favorable à la marche pour les différentes activités sociales, culturelles et fonctionnelles, tandis que le cadre bâti d’un TOD se structure densément autour des principaux points d’accès aux transports en commun, notamment les stations de métro, les gares de train et les terminus d’autobus.

Dans les deux cas, les commerces, les services ou les équipements publics dont les résidants ont besoin sont situés à distance de marche de leur domicile ou de leur lieu de travail. Ce principe est le fondement de l’attractivité de ces ensembles où, en plus de la synergie des différentes activités présentes, les déplacements actifs et collectifs sont planifiés pour être efficaces, rapides et conviviaux. La force de cette démarche est de renouer avec des environnements à dimension plus humaine suscitant une ambiance, un confort et des émotions qui donnent envie d’y flâner.

Cette forme de planification peut donc se retrouver à l'échelle de la ville ou du quartier, elle peut exister à l’échelle d'une rue ou même d'un seul bâtiment. Lorsqu’il s’agit d’un bâtiment, certains promoteurs souhaitent pousser la réflexion plus loin et encadrer la conception du projet à l’aide d’une méthodologie d’évaluation qui permet de maximiser tous les systèmes de l’immeuble, de l’enveloppe à la mécanique du bâtiment. La présence d’une telle certification dite verte ne signifie pas pour autant qu’un bâtiment est réellement « durable ». En effet, il est possible que, une fois mis en service et occupé, il n'affiche pas la performance théorique estimée au moment de sa conception, mais conserve néanmoins sa certification. Malgré tout, on s’entend à dire que les certifications vertes offrent un encadrement propice à l’essor de bâtiments durables et qu’elles favorisent l'atteinte de certains objectifs environnementaux visant l’adaptation aux changements climatiques.

Un virage à prendre
En créant des milieux de vie de type POD et TOD favorables à des modes de déplacements actifs diversifiés, nos collectivités ont davantage de chances d'accroître leur résilience face à des épisodes météorologiques qu'on annonce de plus en plus désordonnés. Ces nouvelles tendances en matière de planification des développements immobiliers ont également l’avantage d’être structurées autour d’espaces verts et publics de qualité dans lesquels une place considérable est accordée à la vie sociale et à des activités facilement accessibles à pied.