L'achat d'une habitation, un bon moyen de se bâtir un patrimoine financier

L'achat d'une habitation, un bon moyen de se bâtir un patrimoine financier

Bien que le passé ne soit pas garant de l’avenir, comme aiment le rappeler les conseillers financiers, l’histoire récente a démontré que l’achat d’une maison était un bon investissement. De 111 848 $ en 2000, le prix moyen des habitations sur le marché de la revente au Québec est passé à 299 083 $ en 2018. Il a donc connu une augmentation de 170 % sur l'ensemble de la période ou une hausse de 5,7 % par année en moyenne.

Bon moyen de se bâtir un patrimoine financier

 

La possession d’une habitation permet de répondre à un besoin essentiel (le logement) et constitue un véhicule d’épargne comportant un risque minime. De plus, rappelons que les revenus d’intérêt ou de placement provenant d’investissements (non investis dans un régime enregistré d’épargne retraite) sont imposables alors qu’un particulier bénéficie d’une exemption sur le gain en capital réalisé au moment de la vente de sa résidence principale.

Les conditions restent propices pour acheter
Depuis quelques années, au Canada, les emprunteurs bénéficient de taux d’intérêt stables et historiquement bas, même s’ils ont quelque peu augmenté récemment. En janvier 2019, le taux affiché pour les prêts hypothécaires d’un an était d’environ 3,8 %, le taux pour les prêts hypothécaires de trois ans, de 4,35 %, et le taux pour les prêts hypothécaires de cinq ans, de 5,35 %. Ces taux sont supérieurs à ceux pratiqués par les institutions financières, qui se livrent une compétition féroce.

Selon les prévisions, le taux directeur (taux de financement à un jour) de la Banque du Canada ne devrait plus augmenter à court terme. Mais qui sait?

Le parc immobilier résidentiel : une richesse individuelle et collective
Dans un contexte de vieillissement de la population, il est démontré que la propriété résidentielle constitue une source importante de la richesse des ménages. Cette richesse se compose également des épargnes dans des fonds de pension ou d’autres actifs. Un fait demeure : au global, les propriétaires ont un net avantage. La société dans son ensemble tire aussi un grand avantage à ce qu’un plus grand nombre de ménages soient propriétaires et jouissent ainsi d’une certaine autonomie financière.

La contribution financière de l’habitation
Lorsque l’on examine les actifs des Québécois, on constate que 38 % de la valeur nette des ménages est constituée de l’avoir propre foncier. De plus, au Québec, selon les données les plus récentes de Statistique Canada, les ménages propriétaires détiennent un avoir net médian de 512 500 $ en comparaison à 22 400 $ pour les ménages locataires.

En plus de l’habitation dont jouissent les propriétaires occupants au cours de leur vie active, la valeur nette qu’ils accumulent, grâce aux investissements dans leur logement, représente une importante contribution à leurs finances au moment où ils prennent leur retraite. On estime que la propriété procure aux ménages retraités l’équivalent d’une augmentation du revenu disponible de 10 % à 13 % pour ceux âgés de 60 à 69 ans et de 12 % à 15 % pour ceux de 70 ans et plus.

L’achat d’une habitation contribuera donc sans contredit à améliorer votre qualité de vie et constituera aussi un moyen privilégié de vous bâtir un actif financier dont vous et votre famille bénéficierez. Les taux d’emprunt sont favorables : agissez maintenant!

Sources : Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ)